SPORT & BONHEUR : étude The Lancet

3 avril 2020

Faire du sport c’est fatiguant ? Peut-être mais ça rend plus heureux !! A vous de jouer ;-)
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

SPORT & BONHEUR : étude The Lancet

3 avril 2020

Faire du sport c’est fatiguant ? Peut-être mais ça rend plus heureux !! A vous de jouer ;-)
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Si l’argent ne fait pas le bonheur, le sport peut-être que si. Ce sont des chercheurs des universités de Yale et d’Oxford qui le révèlent dans une étude parue dans la très sérieuse revue The Lancet. Cette étude a porté sur un échantillon de plus d’un million d’Américains entre 2011 et 2015 à qui la question suivante a été posée : « Combien de fois vous êtes-vous senti mal au cours des 30 derniers jours, par exemple, à cause du stress, de la dépression, ou des problèmes émotionnels ? » Afin de mieux les identifier, les participants à cette étude ont précisé leur niveau de revenus et ont été invités à énumérer leurs activités physiques, aussi bien sportives que ménagères.

Cette étude révèle que les individus qui pratiquent une activité physique régulière auraient tendance à se sentir mal 18 jours par an contre 35 jours par an pour ceux qui ne pratiquent aucun sport. Par ailleurs, les individus qui pratiquent une activité physique se sentiraient aussi bien que ceux qui n’en font pas, mais qui gagnent plus de 25 000 dollars par an. Selon les auteurs de l’étude, pour tirer un bénéfice de l’activité physique, il faut réaliser des sessions de 30 à 60 minutes à raison de 3 à 5 fois par semaine. En revanche, l’excès de sport a un effet pervers. Ceux qui font plus de 3 heures d’activité physique par jour se sentiraient moins bien que ceux qui sont inactifs.

Les sports d'équipe rendent plus heureux

Le diable se cache dans les détails et toutes les activités physiques ne se valent pas. C’est ainsi que les chercheurs ont mis en évidence que la pratique de sports collectifs était plus génératrice de bonheur que celle des sports individuels. Si ces derniers offrent des bénéfices sur le plan de la santé, ils n’offrent pas le même niveau de socialisation que les sports collectifs. L’activité physique n’est donc pas l’unique raison du bien-être de ceux qui la pratiquent, mais la socialisation et le contact avec la nature sont des paramètres clés de compréhension du bien-être ressenti par ceux qui la pratiquent.

Articles récents

Une petite Reevo-lution

Des roues sans rayons… On aura tout vu (ou rien d’ailleurs)

Dans les méandres du cerveau

Claire Pleau, chercheuse en neurobiologie nous parle du sens de l’orientation

INTERVIEW : Jordi Arcarons

Jordi Arcarons revient avec nous sur ses années Rallye et la navigation

Une ultra-brève histoire de la navigation

Trouver son chemin à travers le vaste monde n’est pas une mince affaire.

Ivano Van Erp brille à Lommel

Ivano Van Erp au top de sa forme à Lommel

Top dix pour Kay Karssemakers en Belgique

Les pilotes du Team MJC marquent des points à Lommel