La paresse positive

15 mai 2020

Les paresseux sont-ils plus efficaces et innovants que nous le pensons ?
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

La paresse positive

15 mai 2020

Les paresseux sont-ils plus efficaces et innovants que nous le pensons ?
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Il semblerait que la paresse pourrait être un creuset de l'invention.
Vous vous sentez plus paresseux ces derniers temps ? Vous ne voulez pas aller à la salle de sport ? Vous êtes probablement cloîtré à la maison, peut-être même êtes-vous assis sur votre canapé en train d'écrire un article sur la paresse en pyjama ? Et vous vous sentez sans doute un peu coupable… Mais si un peu de paresse était une chose positive ? Et si la paresse était un signe d'intelligence ou un moteur de l'innovation ?

L'efficacité par la paresse

Vous avez peut-être remarqué que les paresseux savent souvent trouver la manière la plus simple et la plus rapide de faire quelque chose. En d’autres termes, les paresseux sont efficaces et même innovants. En 1947, Clarence Bleicher, dirigeant dans l’industrie automobile américaine, a donné au Congrès un conseil sur la paresse.

"Lorsque j'ai un travail difficile dans l'usine et que je ne trouve pas de moyen facile de le faire, je fais appel à un paresseux. Il trouvera un moyen facile de le faire en 10 jours. Ensuite, nous adoptons cette méthode".

Clarence Bleicher
Que dit la science à propos de la paresse ?

La science du fainéant

Le professeur Todd McElroy du Greensboro College aux États-Unis étudie la paresse à travers le prisme de la science de la décision et de la psychologie. En 2016, il a mené une étude sur la relation entre l’activité physique et le « besoin de cognition » (aussi appelé « paresse »). Elle a révélé que les personnes ayant un besoin cognitif plus important utilisaient leur énergie pour résoudre les problèmes mentalement, plutôt que par l’activité physique.
 
« Ce que les données nous montrent, c’est que les humains peuvent posséder un type de modèle compensatoire », dit Todd.
 
« Des personnes différentes peuvent avoir des niveaux d’énergie relativement similaires, mais elles dépensent en fait cette énergie de manière fondamentalement différente. Certaines personnes peuvent dépenser plus d’énergie en activité physique, alors que d’autres peuvent dépenser plus d’énergie en énergie intellectuelle. En d’autres termes, ceux que nous percevons comme paresseux pourraient être des gens qui utilisent leur énergie pour penser et innover. »
 
Selon Todd, cela a du sens étant donné l’énergie dont notre cerveau a besoin. « N’oubliez pas que le cerveau ne représente qu’environ 2 % du poids total du corps, et pourtant il utilise 20 à 30 % de l’énergie totale du corps ».

Vous faites la sieste… Vous êtes gagnants ?

Les résultats préliminaires du projet de recherche actuel de Todd pourraient démystifier un autre mythe de la paresse.
 
« …Lorsque les gens sont bien reposés, ils ont en fait plus d’activité physique globale que lorsqu’ils sont privés de sommeil », dit-il. « C’est un peu surprenant, car quand on y pense, les personnes privées de sommeil passent plus d’heures en état éveillé ».
 
Cependant, le « repos nocturne » semble compenser le temps de veille supplémentaire et permet une plus grande activité physique globale. Donc si vous vous sentez mal à l’idée de faire une sieste l’après-midi, ne le soyez pas, cela pourrait vous aider à devenir plus efficace et plus innovant.

Cette article est une traduction d'un article publié par Phys.org

Articles récents

Une petite Reevo-lution

Des roues sans rayons… On aura tout vu (ou rien d’ailleurs)

Dans les méandres du cerveau

Claire Pleau, chercheuse en neurobiologie nous parle du sens de l’orientation

INTERVIEW : Jordi Arcarons

Jordi Arcarons revient avec nous sur ses années Rallye et la navigation

Une ultra-brève histoire de la navigation

Trouver son chemin à travers le vaste monde n’est pas une mince affaire.

Ivano Van Erp brille à Lommel

Ivano Van Erp au top de sa forme à Lommel

Top dix pour Kay Karssemakers en Belgique

Les pilotes du Team MJC marquent des points à Lommel