INTERVIEW CROISEE : Enzo Philibeaux & Marc Bourgeois

25 août 2020

Marc et Enzo nous parlent de leur expérience et de leurs échanges à l’occasion de l’Aveyronnaise Classic 2020
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

INTERVIEW CROISEE : Enzo Philibeaux & Marc Bourgeois

25 août 2020

Marc et Enzo nous parlent de leur expérience et de leurs échanges à l’occasion de l’Aveyronnaise Classic 2020
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

A l'occasion de la reprise de la compétition, l'équipe Outsiders s'est soudée autour de Marc Bourgeois et Jamie Mc Canney et Enzo Philibeaux pour donner les meilleures chances à chaque pilote de performer dans cette magnifique course qu'est l'Aveyronnaise Classique. Retour sur un moment de partage avec Marc et Enzo.

Outsiders Mag : Marc, quel est ton historique avec l’Aveyronnaise ?

Marc Bourgeois :Dans le monde de l’enduro en France il y a cinq courses qu’on appelle « Classiques » qui ont la particularité de faire une grande boucle entrecoupée de 5 spéciales chronométrées. L’Aveyronnaise Classic est l’une de ces 5 classiques. Ce sont des courses auxquelles participent des amateurs et des professionnels. C’est une atmosphère conviviale, ça donne l’occasion de découvrir les paysages français sur des tracés renouvelés chaque année, de faire des rencontres lors des ravitaillements. 
De mon coté, j’y ai participé pour la première fois en 2013. C’est Yamaha qui m’avait envoyé jouer aux avant-postes sur les Classiques. Mes prédécesseurs étaient Stéphane Peterhansel, David Frétigné et Marc Germain. Sur mes cinq participations officielles, j’ai fait cinq podiums, trois fois premier et deux fois sur la deuxième marche. C’est une course qui me rappelle de très bons souvenirs et des émotions très fortes.

Outsiders Mag : Et c’est Jamie Mc Canney qui reprend le flambeau en 2019 ? 

 

M.B : Oui, on y est allés alors que Jamie était inscrit au championnat du monde d’enduro, j’étais alors Manager de l’Outsiders Yamaha Enduro Team. Jamie a gagné.

Outsiders Mag : Et cette année il remet le couvert !  

 

M.B : Oui, c’était l’objectif. Avec la reprise de la compétition dans ce contexte particulier que nous connaissons aujourd’hui, cette course nous a permis de remettre le pied à l’étrier, prendre confiance, se remettre dans le bain.

Marc Bourgeois de retour sur une Classique qu'il a gagnée à 3 reprises

Outsiders Mag : Et en même temps il y avait la jeune génération dans les rangs…  

M.B : Oui, il y a trois jeunes issus de l’Outsiders Academy qui ont participé : Enzo, de la promo 2020, Jules Rey de la promo 2019 et Léo Joyon de la promo 2018. 

Côté team Outsiders, on a mis nos moyens en commun, on s’est rassemblés avec les pilotes, les mécaniciens et tous ceux qui nous suivent sur les courses. C’était un très bon moment de compétition et de partage. Tout ce qu’on aime dans l’enduro.

Outsiders Mag : Qu’est-ce que tu penses de la performance d’Enzo ?   

 

M.B : J’ai pu le suivre de près sur la course, voir son pilotage. Je le félicite, vraiment, son travail a porté ses fruits, il a fait des magnifiques spéciales dans cette course. Il m’a vraiment challengé, j’ai été obligé de riposter. Et pour finir, il accroche un podium (ndlr : 3e dans la catégorie espoirs), je suis fier de lui.

Outsiders Mag : Comment s’est comporté Jamie vis à vis de notre jeune pilote ?   

 

M.B : Même s’il était concentré sur sa course, il a su jouer un rôle de parrain, je crois qu’il a trouvé le temps de donner de bons conseils à Enzo.

Enzo optimise ses trajectoires grâce aux conseils de Jamie Mc Canney

Outsiders Mag : Enzo, c’était ton premier Enduro ?   

Enzo Philibeaux : Oui c’était ma première classique et aussi mon premier enduro. Je finis troisième de ma catégorie et 23e au scratch (ndlr : toutes catégories confondues).

Outsiders Mag : Génial ! Premier Enduro et tout de suite sur le podium ! 23e au scratch sur près de 500 pilotes, c’est une très bonne performance ! Qu’est-ce que tu as ressenti ?   

 

E.P : Au début on est arrivés ici juste pour découvrir, sans attente particulière. Après je voulais quand même bien rouler, évidemment, mais je ne me suis pas mis de pression. Le premier jour j’ai réussi à être deuxième de ma catégorie, et les deux jours suivants trois et trois. Après une dispute avec Arnaud Zoldos et Léo Joyon, au final on accroche une troisième place sur le podium, alors oui, j’étais vraiment très content. Ça fait quelque chose quand même !

Outsiders Mag : Cette course a été aussi l’occasion de croiser des pilotes que tu suivais depuis longtemps ?   

 

E.P : Ah oui ! Déjà Jamie, il a été vraiment super cool avec moi, il m’a aidé le soir pour démonter les pneus, il m’a accompagné aussi pour repérer les spéciales. Il m’a donné des conseils vraiment précieux sur les trajectoires. Venant d’un pilote pro comme lui c’est vraiment extraordinaire, ça m’a permis de passer beaucoup plus vite. J’ai parlé un peu avec GotGot (ndlr : Julien Gauthier) c’était un échange très sympa. 

Outsiders Mag : Le fait d’arriver avec une grosse équipe, au milieu de top pilotes, ça t’a aidé ?  

 

E.P : Quand tu arrives avec une grosse écurie, au milieu de pilotes de ce niveau, c’est comme si tu étais un pilote professionnel. Ça fait un peu bizarre au début mais en même te sens tu te sens bien entouré. Au final je crois que tu es vraiment dans les meilleures conditions pour pouvoir performer, il y avait une très bonne cohésion d’équipe, tout était vraiment positif.

3 générations de pilotes pour un moment d'échange autour des valeurs de l'Enduro

Outsiders Mag : Marc, rappelons que c’est le désir de transmettre qui t’a poussé à contribuer à la mise en place de l’Outsiders Academy. Qu’est-ce que tu penses du témoignage d’Enzo ?  

Marc Bourgeois : Je dois avouer que ça m’émeut un peu. Je suis passé par là, ce qu’il ressent je l’ai déjà ressenti, différemment sans doute mais si j’avais pu, à son âge, bénéficier de l’entourage d’athlètes de haut niveau, ça m’aurait beaucoup profité aussi, c’est sûr.  

Pour revenir sur cette notion de groupe, d’équipe, je pense qu’Enzo a pu toucher du doigt cette émulation, ce contexte qui nourrit le sportif de haut niveau. Comment il s’alimente, comment il dort, comment il se concentre, comment il fait ses repérages… Ce sont des expériences qui permettent de prendre de la hauteur pour franchir un cap dans son parcours de sportif. Enzo est sur le bon chemin, la route est encore longue mais il a pris la bonne direction, encore toutes mes félicitations. 

Articles récents

Une petite Reevo-lution

Des roues sans rayons… On aura tout vu (ou rien d’ailleurs)

Dans les méandres du cerveau

Claire Pleau, chercheuse en neurobiologie nous parle du sens de l’orientation

INTERVIEW : Jordi Arcarons

Jordi Arcarons revient avec nous sur ses années Rallye et la navigation

Une ultra-brève histoire de la navigation

Trouver son chemin à travers le vaste monde n’est pas une mince affaire.

Ivano Van Erp brille à Lommel

Ivano Van Erp au top de sa forme à Lommel

Top dix pour Kay Karssemakers en Belgique

Les pilotes du Team MJC marquent des points à Lommel